Poursuivi par la justice espagnole pour fraude fiscale lors de son passage au FC Barcelone, le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Suamuel Eto’o est désormais fixé sur sa condamnation.

L’ancien buteur des Lions Indomptables, Samuel Eto’o s’est vu infliger ce lundi 20 juin une peine de 22 mois de prison par la justice espagnole. Cette dernière reproche à Samuel Eto’o d’avoir caché une somme de 3,8 millions d’euros au trésor public espagnol lorsqu’il évoluait au FC Barcelone du 2006 au 2009.

Le détails du procès

En plus de Samuel Eto’o, son ancien agent José Maria Mesalles, a écopé quant à lui d’une peine de 12 mois de prison. Le parquet avait initialement requis 48 mois (4 ans) à l’encontre de Samuel Eto’o et six mois d’incarcération pour son ancien agent. Mais le verdict final a été annoncé officiellement ce lundi et la justice a décidé donc d’infliger une peine d’une année et 10 mois de prison contre l’ancien joueur du FC Barcelone et 12 mois contre son ancien agent qui est également impliqué dans cette affaire.

L’actuel président de la FECAFOOT, Samuel et son ancien agent  ne se retrouveront néanmoins pas entre les barreaux, puisque les peines inférieures à 24 mois sont rarement appliquées par la justice espagnole sur les personnes avec un casier judiciaire vierge, ce qui est le cas pour Eto’o. Ce dernier est soumis à payer une amende de 1.8 millions d’euros tandis que son agent a écopé d’une moitié moins.

Lors d’une déclaration aux médias espagnols, l’ancien attaquant du FC Barcelone, Samuel Eto’o a accepté la sanction de la justice espagnole, mais a chargé son ancien agent qui était le fautif selon lui. « Je reconnais les faits et je vais payer, mais qu’on sache que j’étais enfant à l’époque et que j’ai toujours fait ce que mon agent (Mesalles)me demandait de faire », a déclaré Samuel Eto’o.