La JS Kabylie enregistre l’une des pires recrues de son histoire

La JS Kabylie enregistre l'une des pires recrues de son histoire 1

La JS Kabylie, club le plus titré d’Algérie, a enregistré un gros flop lors du mercato estival en recrutant l’international tanzanien Simon Msuva. Ce dernier, qui devait apporter du punch à l’attaque des Canaris, s’est avéré être une déception totale.

Simon Msuva, qui perçoit un salaire mensuel de 21 000 euros, est le deuxième joueur le mieux payé du championnat algérien juste derrière Youcef Belaili. Un salaire qui est largement disproportionné par rapport à ses performances. L’arrivée de l’international tanzanien était censée insuffler une nouvelle dynamique à l’attaque des Canaris, il s’est avéré être l’une des pires recrues de l’histoire du club.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce fiasco. Les blessures ont frappé durement Msuva, le privant de nombreuses rencontres, notamment des deux premières journées du championnat, ainsi que des matchs contre l’ES Sétif et le CR Belouizdad. De plus, l’international tanzanien a peiné à s’acclimater au style de jeu de la JSK. Son intégration au collectif a été difficile, et il n’a pas réussi à contribuer de manière significative sur le plan offensif.

Les stats catastrophiques de Msuva avec la JSK

En 10 matches disputés, Msuva n’a inscrit aucun but ni délivré aucune passe décisive. Il n’a touché le ballon que 4 ou 5 fois par match en moyenne. Les supporters de la JSK sont très déçus de Msuva. Ils le considèrent comme l’un des pires transferts de l’histoire du club.

La JSK a dépensé beaucoup d’argent pour recruter Simon Msuva. L’investissement conséquent consenti par le club pour recruter le joueur se révèle être un cuisant échec. Le club Kabyle se trouve désormais contraint de chercher des solutions pour se débarrasser d’un joueur qui ne répond pas aux attentes placées en lui. Une décision cruciale attend la direction, afin de redresser la barre et éviter que ce recrutement malheureux ne plombe davantage les ambitions de la JS Kabylie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *