Décidément, la Fédération royale marocaine de football (FRMF) de l’omniprésent Fouzi Lekjaa, ne veut pas lâcher l’Algérie. Après avoir tout fait pour saborder l’organisation du Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2023) que l’Algérie accueille depuis, vendredi 13 janvier, notamment en boycottant l’édition à la dernière minute, elle décide de déposer plainte auprès de la CAF contre l’Algérie.

En effet, l’Instance présidée par Fouzi Lekjaa insiste pour entacher l’organisation du CHAN 2023 que l’Algérie accueillera jusqu’au 4 février. Le prétexte, cette fois-ci, ce sont des chants des supporters hostiles au Maroc. Ce sont en fait des chants, loin d’être honorables, entonnés juste avant le début du match d’ouverture qui a mis aux prises les sélections A’ de l’Algérie et de la Libye.

Le Maroc dépose plainte contre l’Algérie

Aussi, la FRMF n’a pas omis de dénoncer « le discours provocateur » entendu lors de la cérémonie d’ouverture. L’Instance de Lekjaa n’a pas pensé citer l’auteur de ce discours, c’est-à-dire le petit-fils de Nelson Mandela qui n’a pas manqué d’appeler à la libération de « la dernière colonie d’Afrique, le Sahara occidental ». Pour la Fédération marocaine, c’est « un discours provocateur et surréaliste qui a bafoué le règlement régissant l’organisation les manifestations footballistiques sous l’égide de la Confédération africaine de football ».

Dans leur communiqué, les Marocains ont fait savoir enfin qu’ils avaient adressé une correspondance à la CAF « qui est appelée à assumer toute la responsabilité face à ces transgressions flagrantes qui n’ont aucun lien avec les principes et les valeurs du ballon rond ». La CAF pourrait se saisir de ce dossier, surtout en ce qui concerne les chants honteux d’un groupe de supporters, mais elle devrait commencer par sanctionner le Maroc qui a boycotté une manifestation sportive pour des objectifs politiques.