Réclamation officielle de l’Algérie auprès de la CAF

Réclamation officielle de l'Algérie auprès de la CAF 1

La Fédération algérienne de football (FAF) a introduit, ce samedi 20 janvier, une réclamation auprès de la Confédération africaine de football (CAF) pour protester contre les arbitres en charge de la VAR lors des deux matchs de l’Algérie, face à l’Angola et au Burkina Faso. A travers le communiqué de la FAF, l’on se rend compte que l’arbitre qui a pris en charge la VAR lors du match Algérie-Angola est le même qui l’a fait lors de l’autre match de l’Algérie face au Burkina Faso.

De nombreux supporters et observateurs ont trouvé surprenant que la VAR n’a pas été utilisée à au moins une fois face à l’Angola et au moins deux fois face au Burkina Faso alors que les mains et les agressions dans les surfaces de réparation étaient flagrantes. « La Fédération algérienne de football a introduit officiellement une réclamation auprès de la Confédération africaine de football au sujet de la prestation de l’arbitrage à l’occasion du match Algérie – Burkina Faso, comptant pour la 2ème journée du groupe D de la CAN TotalEnergies – Côte d’Ivoire 2023 », a fait savoir la FAF dans un communiqué rendu public sur son site Internet.

La FAF ne comprend pas

L’Instance présidée par Walid Sadi ne parle ni de magouille, ni de sabotage contre l’équipe d’Algérie et préfère rester diplomatique en parlant d’actions litigieuses et d’inopportunité. « La FAF ne comprend pas pourquoi la Commission d’arbitrage de la CAF désigne le même arbitre de la VAR que lors du premier match, ce qui suscite des questions légitimes sur l’inopportunité d’une telle désignation, d’autant plus que des actions litigieuses durant la rencontre n’ont pas été relevées par les arbitres de la VAR, telles que les fautes commises sur nos joueurs à la (10’) et (57’) », précise la Fédération algérienne.

Cherchant à tout prix à rester dans la diplomatie, la FAF salue « les efforts consentis pour rehausser le niveau d’organisation de l’événement continental », même si elle dit regretter « les imperfections constatées ». Elle fait savoir cependant que « la réclamation de la FAF est basée sur des faits vérifiables auxquels les arbitres responsables doivent répondre », non sans faire savoir qu’à travers sa réclamation, elle espère une intervention pour que l’arbitrage soit de meilleur niveau et à la hauteur de la prestigieuse compétition continentale ».