Pour Belaïli, le MC Alger va payer 3.85 milliards aux Saoudiens

Pour Belaïli, le MC Alger va payer 3.85 milliards aux Saoudiens 1

Le problème de l’attaquant international algérien, Youcef Belaïli, avec son ancien club, Al Ahli Djeddah, est visiblement réglé, selon la révélation faite, ce lundi 25 septembre, par le site spécialisé La Gazette du Fennec. Ce litige entre le Fennec et le club saoudien a été porté à la Fédération internationale de football (FIFA) qui a menacé le joueur s’il ne réglait pas son différend financier avec le club.

L’Instance présidée par Gianni Infantino ont donné à Youcef Belaïli (31 ans) jusqu’au 20 octobre pour verser la somme collosale de 3,85 milliards de centimes au club d’Al Ahli Djeddah, faute de quoi il sera interdit de compétition. L’information « fuitée » par un journaliste a fait le buzz sur les réseaux sociaux et les médias qui continuent à suivre la carrière tonitruante de l’actuel ailier gauche du MC Alger.

Belaïli ne sera pas sanctionné

Mais voilà que La Gazette du Fennec a révélé ce lundi que ce litige devrait être réglé par le club employeur de Youcef Belaïli, donc le MCA et le groupe pétrolier algérien, Sonatrach. Donc, le club saoudien va bel et bien être payé, mais l’opération a pris un peu de temps supplémentaire pour des raisons encore indéterminées.

En fait, le litige est né depuis que Youcef Belaïli a résilié, en 2020, son contrat de façon unilatérale avec l’un de ses anciens clubs, Al Ahli Djeddah. Il devait la coquette somme de 280.000 dollars, soit plus de 3,85 milliards de centimes au taux de change officiel. Selon la même source, c’est le Mouloudia, aidée par Sonatrach, qui va payer la note de Belaïli selon un accord conclu avec le contrat, et ce, comptabilisée en tant que prime de signature.

A noter que l’instabilité de l’ex-ailier gauche des Fennecs lui a fermé les portes des clubs dans plusieurs pays du monde. De façon incompréhensible, Youcef Belaïli ne respecte jamais son contrat jusqu’à son terme. Il résilie toujours ses contrats avant leur expiration. C’est ce qu’il a fait avec Al Ahli (Arabie saoudite et le Qatar SC, mais aussi avec le Stade brestois et l’AC Ajaccio, en France. Toute cette instabilité a engendré un manque de compétition qui l’a éloigné des Verts et des compétitions internationales.