Le contrat stratosphérique que Al-Ahli propose à Riyad Mahrez

Le contrat stratosphérique que Al-Ahli propose à Riyad Mahrez 1

Le club saoudien, Al-Ahli, est prêt à faire des folies pour engager Riyad Mahrez. Selon le tabloïd britannique Daillymail, un accord sur les conditions personnelles avec l’international algérien est proche. Il faudra désormais convaincre la direction de Man City de laisser partir l’ancien attaquant de Leicester City.

Le clan de la star de Manchester City, Riyad Mahrez, aurait convenu des conditions personnelles avec le club saoudien d’Al-Ahli. C’est ce qu’affirme le site anglais. Visiblement, Al-Ahli aurait préparé une nouvelle offre colossale. En effet, le club mancunien devrait recevoir une offre de 30 millions de livres sterling pour l’ailier algérien. Une offre que Man City ne devra pas refuser, sinon le joueur aura la possibilité de partir gratuitement à la fin de son contrat.

L’Algérien s’est vu offrir un salaire colossal de 50 millions d’euros par an en plus des bonus pour un contrat de deux ans. Il est vrai que le contrat stratosphérique qu’Al-Ahli a proposé à Mahrez fait rêver, mais le joueur n’a pas son destin en main. En effet, le club saoudien devra passer par la direction de Manchester City pour racheter son contrat qui court jusqu’en 2025.

Riyad Mahrez est en haut de la liste

Le nom du capitaine de l’Équipe d’Algérie figure tout en haut de la liste des cibles des dirigeants d’Al-Ahli. Les responsables du Fonds d’investissement saoudien, qui financent les transferts, seraient enthousiastes à l’idée de signer la star algérienne. Les qualités techniques de Mahrez et son image publicitaire auront un impact important sur le parcours du club, ainsi que du championnat saoudien.

Si son transfert à Al-Ahli se concrétise, Riyad Mahrez rejoindrait l’ancien gardien de Chelsea, Edouard Mendy, et le Brésilien Roberto Firmino. Pour rappel, Al-Ahli est revenu dans l’élite saoudienne cette année, après avoir été étonnamment relégué. Il est l’un des quatre clubs fondateurs, avec Al-Nassr, Al-Hilal et Al-Ittihad, qui ont été repris au début du mois dernier par le Fonds d’investissement public du pays, qui possède également Newcastle United.