Bataille Algérie-Maroc pour la CAN-2025, Patrice Motsepe souffle le chaud et le froid

Bataille Algérie-Maroc pour la CAN-2025, Patrice Motsepe souffle le chaud et le froid 1

Jamais, de l’histoire de la compétition, l’annonce officielle du pays organisateur d’une Coupe Africaine des Nations (CAN) n’a suscité autant de polémiques, de tirs croisés et incompréhension. Le pays organisateur de la 35ᵉ édition de la compétition devait être connu le 10 février 2023. Mais, ce ne fut pas le cas. Il faudrait attendre septembre prochain pour pouvoir être enfin fixé.

La rivalité politique entre l’Algérie et le Maroc s’invite encore une fois sur le terrain des sports. Les deux pays voisins se disputent, en effet, l’organisation de la prochaine CAN 2025 alors que le président de la Confédération Africaine de Football (CAF), Patrice Motsepe, continue de faire perdurer le suspens.

Le Sud-Africain, souffle, en effet, le chaud et le froid. Entre l’Algérie et le Maroc, le président de l’instance africaine est loin de pouvoir trancher. Bien plus, Patrice Motsepe se contredit à chacune de ses sorties médiatiques. Le 7 juillet 2023, lors d’une réunion du Comité Exécutif de la CAF dans les nouveaux locaux de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF), le Sud-Africain, n’a pas caché son « admiration » quant aux infrastructures sportives du royaume chérifien.

« Le siège exceptionnel que nous avons visité aujourd’hui, ainsi que les stades et les infrastructures de football de classe mondiale au Maroc, sont de parfaits exemples de succès et d’accomplissements rendus possibles grâce à la collaboration entre nos gouvernements africains et nos associations nationales de football », a-t-il, en effet, indiqué dans des déclarations largement reprises par les médias.

Algérie : Les éloges de Patrice Motsepe

Dans un style propre à lui, Patrice Motsepe, a encouragé l’Algérie à se porter candidate pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations CAN 2025. Des propos qu’il a tenus au lendemain de la décision de l’instance continentale de retirer l’organisation à la Guinée. D’ailleurs, il s’est, à maintes reprises, montré satisfait de l’organisation du dernier Championnat d’Afrique des nations CHAN 2022.

Il avait assuré, dans des déclarations précédentes, que cette même « édition sera la plus réussie de l’histoire ! ». Pour lui, c’est une édition réussie sur tous les plans, organisationnel, la « qualité du football, des installations, des stades, des terrains, des arbitres, la VAR, les hôtels et les transports ». Ces déclarations ont vite été prises comme un gage de la part du président de la CAF en faveur de l’Algérie pour l’organisation de la CAN 2025.

Organisation de la CAN 2025 : l’Algérie défavorisée ? 

Au sein de la Confédération africaine, il faut savoir faire avec un Faouzi Lekjaâ (président de la Fédération camerounaise de football), très entreprenant. Il est aussi connu pour son travail de coulisses. Le 29 juin dernier, il est allé jusqu’à même annoncer ouvertement le nom du prochain pays organisateur de la CAN 2025. Surprenant ? Assurément pas. Avant cette date, en février dernier, le célèbre commentateur de beIN Sport, Hafid Derradji avait été « sûr » dans ses propos, relevant que l’organisation de la compétition allait être attribuée au Maroc.

Plus grave encore, les membres du Comex, dont beaucoup roulent pour le patron de la FRMF, Fouzi Lekjaâ, et pour écarter l’Algérie de l’organisation de la CAN, voulaient déterrer le principe de l’antériorité pour favoriser le pays de Mohammed VI dans ce dossier. Selon ce principe, c’est l’Algérie qui est la dernière à avoir accueilli une phase finale de la CAN, comparativement au Maroc, puisque l’Algérie a organisé le tournoi en 1990 alors que le Maroc l’avait accueilli en 1988. Autrement dit, la CAF ne respectera pas les vrais critères de choix pour désigner le pays hôte de la 35ᵉ CAN. Les jeux sont-ils ainsi faits ? Attendons pour voir.