L’ancienne star du FC Porto et de l’équipe d’Algérie, Rabah Madjer se souviendra longtemps de ce match entre l’Algérie et l’Ethiopie, entrant dans le cadre du 1er tour de la 7e édition du Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2023) qui se tient en Algérie du 13 janvier au 4 février. Le stade Nelson Mandela de Baraki, Alger, a été témoin d’une mésaventure qui hantera l’ex-joueur du NAHD pour longtemps.

D’ailleurs, à sa sortie du stade en cette soirée du mardi 17 janvier, Rabah Madjer a refusé de répondre aux questions des journalistes qui l’attendaient à la sortie. Le visage fermé, il semblait carrément dépité, après les sifflements dont il a été la cible quelques minutes auparavant. Des sifflements dont s’était rendue coupable une partie du public au moment où il était apparu sur écran géant.

Vague de soutien avec Madjer

Il faut dire que la scène a choqué du monde, surtout que Rabah Madjer était filmé au moment des sifflements. Son visage triste est encore dans les esprits. D’ailleurs, la Fédération algérienne de football (FAF) n’a pas hésité à publier une sorte de motion de soutien sur ses réseaux sociaux. L’attaquant des Fennecs, Islam Slimani, a également réagi sur Instagram. « Les vrais savent que tu es notre légende. Plus de respect », a-t-il publié.

D’un autre côté, plusieurs journalistes ont apporté leur soutien au champion d’Afrique 1990 et ballon d’or africain 1987. Beaucoup d’entre eux ont exigé du respect pour la légende du football algérien. Mais beaucoup d’autres ont tenu à réorienter le débat autour de ces sifflements, estimant que Rabah Madjer n’a pas été sifflé en tant que joueur, ni même en tant que sélectionneur ayant échoué. Ils n’ont pas manqué de rappeler qu’il a été sifflé parce qu’il est accusé dans des affaires de corruption du temps du régime de Bouteflika.