C’est un tweet qui ne passera pas inaperçu dans le monde sportif en général et footballistique en particulier. Celui publié par le célèbre journaliste français, Romain Molina, qui intervient certainement suite au grand bruit fait autour de la non-participation du Maroc au Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2023) que l’Algérie abrite du 13 janvier au 4 février.

Le tweet met en cause non seulement le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa, mais aussi la Confédération africaine de football (CAF) et notamment depuis la nomination du Sud-Africain Patrice Motsepe. Le tweet de Romain Molina vient surtout suite à la décision de la CAF de mener des investigations sur les accusations marocaines concernant la politisation de la cérémonie d’ouverture du CHAN 2023.

« La politisation de la CAF n’a jamais été aussi grande. Lorsque Motsepe a été élu, son administration a fait voter un amendement empêchant tout état/territoire non membre de l’ONU de rejoindre la CAF. Exit le pauvre Zanzibar, mais surtout le Sahara occidental si jamais… », a en effet tweeté le journaliste français qui collabore avec divers médias internationaux, notamment CNN, BBC, The Guardian et The New York Times.

Le Maroc veut accentuer sa position

Dans une seconde partie du tweet, Molina met en cause carrément Fouzi Lekjaa, le patron du football marocain, qu’il accuse d’avoir un rôle diplomatique en tant que président de la FRMF. « L’un des boulots de Lekjaa a été d’accentuer la position diplomatique du Maroc à travers le football ; on l’a d’ailleurs récompensé pour ça », a-t-il estimé, ajoutant que quand « l’Algérie rétorque, (…) il y a une espèce de guerre froide politique en coulisses ».

Pour rappel, la FRMF de Fouzi Lekjaa a décidé de boycotter le CHAN 2023 sous prétexte que l’Algérie a refusé d’accorder à la sélection marocaine l’autorisation d’opérer un vol direct entre Rabat et Constantine. Une façon d’amener les autorités algériennes à remettre en cause sa décision de fermer son espace aérien aux avions marocains. Selon le président de la CAF, l’Algérie allait accorder cette autorisation au Maroc avant Fouzi Lekjaa ne décide de publier un communiqué dans lequel il fait du chantage à l’Algérie. « Depuis le communiqué de la FRMF, tout est devenu compliqué », s’est désolé Patrice Motsepe.