La cérémonie d’ouverture de la 7e édition du Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2023) qui a eu lieu, vendredi 13 janvier, au stade Nelson Mandela de Baraki, à Alger, continue à alimenter les débats et les discussions. C’est que le discours du petit-fils de Nelson Mandela a fait mal chez les voisins de l’ouest de l’Algérie.

En effet, la plainte de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) déposée auprès de la Confédération africaine de football (CAF), a fait réagir l’Instance présidée par le Sud-Africain Patrice Motsepe. Pour rappel, la Fédération de Fouzi Lekjaa a déposé plainte contre le discours du petit-fils de Madiba qui a appelé à libérer « la dernière colonie d’Afrique, le Sahara occidental » ainsi que contre un chant d’un groupe de supporters dans les tribunes considéré par les Marocains comme raciste et xénophobe.

De ce fait, la CAF annonce sa décision de « mener des investigations pour établir si et dans quelle mesure les déclarations politiques et les événements de la cérémonie d’ouverture du CHAN TotalEnergies Algérie 2022 violent les Statuts et Règlements de la CAF et de la FIFA ». La Confédération continentale fait savoir qu’elle « fera part de ses conclusions en temps opportun ».

Dans le communiqué qui annonce cette décision, la CAF rappelle que « ces déclarations politiques ne sont pas celles de la CAF et ne reflètent ni un point de vue ou une opinion de la CAF en tant qu’organisation politiquement neutre », précisant que « selon ses statuts et règlements et ceux de la FIFA, la CAF « doit s’abstenir de s’impliquer dans la politique et rester neutre sur les questions de nature politique ».