Il semblerait que la crise que connaît la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK) depuis quelques années, a pris le chemin du dénouement. Le rachat par l’opérateur de téléphonie mobile, Mobilis, de la majorité de ses actions n’est pas encore conclu à 100 % mais cela n’empêche pas le PDG de l’entreprise publique de se jeter dans l’arène et entamer sa mission avec le club du Djurdjura.

En effet, le patron de Mobilis Chawki Boukhazani s’est déplacé, mercredi, au stade du 1er novembre de Tizi Ouzou, en Kabylie, pour rencontrer les joueurs du club kabyle qui se trouvaient en plein entraînement. La rencontre a eu lieu en fin d’après-midi en présence du wali de Tizi Ouzou Djilali Doumi, du Directeur de la jeunesse et des sports, Aziz Tari ainsi que le président du club, Yazid Yarichan.

En fait, le PDG de l’opérateur de téléphonie mobile ne s’est pas contenté de regarder les joueurs s’entraîner. Il s’est rapproché d’eux et a tenu à les galvaniser, notamment en prévision du prochain match contre le Paradou AC, programmé pour samedi 3 décembre. Dans son discours face aux canaris, Chawki Boukhazani a balayé d’un revers de la main la crise financière que traverse le club pour les rassurer.

« Il n’y aura plus de crise financière à la JSK »

« Nous sommes des hommes de terrain. Nous ne craignons ni l’hiver ni la chaleur. Seul le travail compte. C’est comme cela que doit être la JSK malgré les difficultés », a affirmé le patron de Mobilis, confirmant le rachat de 80 % des actions de la JSK et précisant que la procédure sera bientôt finalisée.

Chawki Boukhazani n’a pas manqué de galvaniser les joueurs en affirmant : « Il n’y a pas de crise financière à la JS Kabylie après l’arrivée de Mobilis. Soyez des hommes et remettez la JSK à sa place réelle, le reste, nous, c’est notre affaire. Commencez par gagner ce samedi », a asséné le PDG de l’opérateur de téléphonie, Mobilis.