La Confédération africaine de football (CAF) a décidé vendredi 30 octobre de retirer officiellement l’organisation de la CAN-2025 à la Guinée, suite au retard dans les installations. 

Comme il fallait s’y attendre, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe a annoncé à Conakry sa décision de retirer l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025 à la Guinée à cause des infrastructures ne sont pas prêtes. Après cette décision importante, l’instance de football africain devrait rouvrir l’appel à candidatures pour l’accueil de la compétition africaine en 2025.

L’Algérie a de la concurrence

Le président de la CAF Patrice Motsepe a déclaré devant la presse que la CAF allait rouvrir l’appel à candidatures pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-2025). « Demain (Samedi 1er octobre), on demandera à la CAF de recevoir de nouvelles candidatures parce qu’en l’état actuel, les infrastructures et les équipements ne sont pas adaptés ou prêts pour que la CAF puisse accueillir (la CAN) en 2025 en Guinée », a-t-il déclaré.

Comme ils l’ont déclaré à maintes reprises le ministre de la Jeunesse et des sports Abderrazak Sebgag et le président de la FAF, Djahid Zefizef, l’Algérie est candidate pour récupérer l’organisation de la CAN-2025. Le dossier de l’Algérie contiendrait pas moins de 10 stades tous homologués, et plus de 87 hôtels afin d’accueillir équipes et supporters, mais selon certaines sources l’Algérie n’est pas le grand favoris pour organiser cette compétition continentale.

Deux autres pays africains à savoir le Maroc et l’Afrique du Sud vont déposer leurs candidatures et comptent devancer l’Algérie. Ces deux pays sont les grands favoris pour obtenir l’organisation de la CAN-2025, en plus de l’Algérie qui a toutes les infrastructures nécessaires pour abriter cette compétition.