Algérie : Les 5 grandes désillusions pour Djamel Belmadi

Algérie : Les 5 grandes désillusions pour Djamel Belmadi 1

C’est l’heure des bilans pour les joueurs de l’équipe d’Algérie à l’issue de ce stage du mois de juin. Certains joueurs n’ont pas été très convaincants pour le sélectionneur national, Djamel Belmadi, que ce soit dans le match face à l’Ouganda ou dans celui face à la Tunisie. Que fera donc le sélectionneur qui n’a plus beaucoup de temps pour construire une équipe capable de jouer la CAN 2023 ?

En effet, à l’occasion du stage de septembre, Djamel Belmadi devrait avoir une idée sur les principaux joueurs qui feront le voyage en Côte d’Ivoire pour la CAN de janvier. Mais, pour cela, il doit faire le ménage dans ses effectifs et il est clair que cela n’est pas facile pour lui. En effet, certains joueurs n’ont pas eu assez de temps de jeu pour pouvoir montrer leurs talents et leurs compétences.

Si Djamel Belmadi n’arrive pas se débarrasser de Baghdad Bounedjah et Islam Slimani, c’est parce qu’il n’arrive pas à trouver un bon avant-centre pour les remplacer. D’ailleurs, le dernier en date, Aymen Mahious, a démontré que les bons joueurs à son poste ne courent pas les rues, lui qui a été titularisé sans briller face à l’Ouganda. Visiblement, on sait maintenant pourquoi Belmadi insiste sur Amine Gouiri.

Benrahma, Touba et Zerrouki épinglés

Il y a aussi deux joueurs qui ont déçu lors de ce stage des Fennecs alors qu’ils sont très bons en club. Il s’agit de Saïd Benrahma et Ramiz Zerrouki. Si la « transparence » de Benrahma en sélection est encore inexplicable, le sélectionneur ne compte certainement pas lâcher Zerrouki qui vient de changer de club avec une grande chance de progresser.

Il y a aussi le défenseur central, Ahmed Touba, que Belmadi a essayé en tant que latéral gauche face à la sélection tunisienne. Un poste dans lequel il n’a pas pu s’affirmer, tout comme quand il a joué en tant que défenseur axial. Au même titre que le poste d’attaquant de pointe, l’axe de la défense risque de devenir un cauchemar pour Djamel Belmadi.

Il reste les deux avant-centres des Verts, Bounedjah et Slimani, qui montrent qu’ils sont dépassés par les événements. En effet, l’attaquant d’Anderlecht semble alourdi par l’âge et le manque de compétition, puisque le championnat belge a baissé le rideau, il y a longtemps. Pour ce qui est de Bounedjah, il paraît incapable de créer ou de participer à la création du jeu. Il a même perdu parfois le ballon quand il recevait des caviars de ses coéquipiers. D’ailleurs, face à la Tunisie, tout le monde a remarqué qu’à la sortie de Zerrouki et Benrahma et l’entrée de Aouar et Amoura, le jeu a complètement changé sur la pelouse du stade de Annaba.