C’est une véritable course contre la monture à laquelle s’adonne la direction de la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK) à l’occasion du mercato hivernal. Sérieusement menacée par une relégation en seconde division, en raison d’une peu honorable avant-dernière place, le club kabyle voit ses dirigeants courir des ex-internationaux pour sauver les meubles durant la phase retour de la Ligue 1.

Il est vrai que la direction de Yazid Yarichan est actuellement boostée par la reprise de la JSK par l’opérateur de téléphonie publique Mobilis. Et comme la transaction n’a pas été complètement menée à bien, les dirigeants actuels ont été autorisés à effectuer les recrutements nécessaires pour remplacer les nombreux joueurs libérés et sauver le club de la relégation.

C’est ainsi que selon des médias algériens, particulièrement le quotidien sportif Compétition, la direction de la JSK aurait trouvé un accord avec un ex-international des jeunes catégories de l’équipe de France. Milieu offensif issu de l’école de formation de l’Olympique lyonnais, Fares Bahlouli est un Franco-algérien de 27 ans qui évolue jusque là au sein de l’équipe ukrainienne de SK Dnipro-1.

Farès Behlouli et Djamel Benlamri dans le viseur de la JSK

En fait, selon Compétition, Fares Bahlouli qui peut aussi jouer en ailier a tout conclu avec la direction de la JSK et devrait être la première recrue du club kabyle à l’occasion du mercato de ce mois de janvier. Les deux parties se sont entendues sur le volet financier et la durée de contrat, les dirigeants voulant assurer le maintien du club en Ligue et surtout aller le plus loin possible en Ligue des champions d’Afrique.

Selon la même source, les dirigeants de la JSK veulent achever la campagne de recrutement avant le retour de l’équipe de son stage en Turquie. D’ailleurs, c’est dans ce sens qu’ils ont déjà entamé des négociations avec un autre ancien international, algérien cette fois-ci, en l’occurrence Djamel Benlamri qui est déjà passé par le club du Djurdjura. Actuellement en Arabie saoudite et âgé de 33 ans, le défenseur pourrait choisir de finir sa carrière en Algérie. Benlamri n’a pas encore donné son accord mais les dirigeants de la JSK le voudraient comme un meneur de l’équipe sur le terrain.