La défaite de l’équipe d’Algérie face au Cameroun lors du match barrage des éliminatoires de la coupe du monde 2022 continue à alimenter les débats et à susciter la polémique. A un point où l’on enregistre parfois des dérapages que le bon sens ne peut accepter, notamment quand il s’agit de propos racistes et de comportements violents.

C’est ce qui s’est passé cette semaine en Algérie avec un titre à la Une du quotidien arabophone Echorouk. Un titre qui sent le racisme de près et qui a choqué et scandalisé les Algériens avant les habitants d’Afrique subsaharienne ou d’Afrique noire. C’est une Une qui intervenait au lendemain de l’élimination de la sélection camerounaise après son 3e match du 1er tour de la coupe du monde 2022 au Qatar.

Le quotidien arabophone n’a pas trouvé mieux pour « célébrer » l’élimination des Lions indomptables que d’user de racisme en choisissant le titre de son compte rendu. « Le Cameroun retourne dans la jungle, sans pois chiche ni fèves » a titré Echorouk, après le match Cameroun-Brésil qui s’est pourtant terminé avec la victoire des protégés de Rigobert Song. Une victoire qui n’a cependant pas empêché l’élimination dès le 1er tour de Vincent Aboubakar et ses coéquipiers.

Algérie-Cameroun, dérapages sans fin

Il faut dire que c’est triste de voir ce genre de dérapages venir de personnes censées être des modèles pour les les lecteurs et autres supporters. D’ailleurs, le dérapage de ce journal arabophone a été vite suivi d’un autre dérapage dont s’est rendu coupable le président de la Fédération camerounaise de football, Samuel Eto’o, lundi 5 décembre, à l’issue de la victoire du Brésil contre la Corée du Sud. Interrogé par un Youtubeur algérien sur l’arbitre gambien qui officié lors du match Algérie-Cameroun, le président de la Fecafoot a eu des mots très violents avant de l’agresser violemment, notamment en lui assénant un violent coup de pied au menton.