À moins de 20 jours du coup d’envoi de la phase finale de la Coupe du monde 2022 qui aura lieu au Qatar du 20 novembre au 18 décembre, la sélection camerounaise serait menacée par la disqualification, rapporte la presse locale. 

Le mois d’août dernier, la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) s’est engagée avec une nouvelle marque équipementier « One All Sport » en décidant de résilier son contrat avec leur marque « Le Coq Sportif ». L’instance présidée par Samuel Eto’o avait même annoncé la présentation du maillot officiel des Lions Indomptables pour samedi 5 novembre, avant d’être surpris par le tribunal judiciaire de Paris qui a tranché en faveur de la marque équipementier « Le Coq Sportif ».

En effet, ce jeudi 3 novembre le tribunal judicaire de Paris a rendu son verdict dans l’affaire qui oppose la Fecafoot avec la marque équipementier Le Coq Sportif. Pour la justice, le contrat entre les deux parties est toujours valable. La résiliation du contrat annoncée par les Camerounais n’a pas donc été acceptée.

Le Cameroun menacé ?

L’avocat Camerounais, Christian Ntimbane Bomo dans déclarations rapportés par les médias camerounais confirme la décision de la justice et appelle la Fecafoot à se mettre à table avec les représentants de « Le Coq Sportif » pour trouver une solution à l’amiable. « Personnellement, j’appelle la Fecafoot et le Coq sportif à s’asseoir maintenant autour d’une table et à entrevoir soit la continuité de leur partenariat, soit  sa révision, soit les modalités de sa rupture amiable. Étant entendu que le contrat reste l’affaire des parties, même en présence d’une décision de justice ordonnant son maintien. Il va de l’intérêt absolu de l’équipe nationale du Cameroun », a déclaré Christian Ntimbane Bomo.

Selon cet avocat, en cas où la Fecafoot ne parvient pas à trouver un accord avec la firme française, le Cameroun risque une disqualification de la Coupe du monde au Qatar. « Un refus d’exécution de la décision par la Fecafoot, pourrait entraîner la disqualification du Cameroun de cette Coupe du monde qui il ne faut pas l’oublier, est une activité de la FIFA. En effet, dans les règlements de la FIFA, Les décisions des États ne relevant pas des litiges sportifs, en l’espèce ce litige commercial, sont opposables à la FIFA, qui d’ailleurs dans son règlement sur l’Equipement protège les droits des équipementiers. Voir les Article 1, 4 et suivants de ce règlement », a-t-il ajouté.