Une grosse pression pèse en ce moment sur la Fédération internationale de football (FIFA). Des dirigeants exercent une pression inouïe sur son président Gianni Infantino pour disqualifier la sélection d’Iran du mondial 2022. Les groupes de pression utilisent au moins deux arguments pour justifier leur requête politique qui rappelle étrangement le boycott que subissent les athlètes israéliens pour des raisons politiques.

En fait, de nombreuses personnalités de différentes nationalités ont demandé à exclure l’Iran du mondial qatari, mais ces derniers temps, ce sont des Italiens et des Ukrainiens qui insistent sur la question. Chacun avec ses arguments, ils demandent à la FIFA de disqualifier l’Iran pour repêcher leurs sélections nationales qui n’ont pas réussi à se qualifier sur le terrain.

L’Italie veut aller au mondial parce que l’Iran réprime son peuple

C’est ainsi que Paolo Zampolli, ambassadeur d’Italie aux Nations unies a écrit au président de la FIFA pour lui demander d’exclure l’Iran et de repêcher l’Italie. Pourquoi ? Parce que les autorités iraniennes auraient réprimé des manifestants. « De nombreux Iraniens ont été tués, blessés et arrêtés » et « La FIFA reste silencieuse à ce sujet ».

« Je rêve et je suis confiant de voir l’Italie jouer contre l’Angleterre à la Coupe du monde, après la disqualification de l’Iran. D’après ce que j’ai compris, l’Italie est la première nation au classement FIFA parmi les non qualifiés », a-t-il écrit, considérant le classement FIFA de la Squadra Azzurra comme un facteur de qualification au repêchage.

L’Ukraine veut aller au Qatar parce que la Russie lui fait la guerre

De leur côté, les Ukrainiens voient la situation autrement. Il faut disqualifier l’Iran parce qu’elle fournit des drones et des missiles à la Russie qui les utilisent en Ukraine. « Alors que les dirigeants iraniens s’amuseront à regarder leur équipe nationale jouer à la Coupe du monde, les Ukrainiens seront tués par des drones iraniens et des missiles iraniens », a affirmé sur le Directeur général du club ukrainien du Shakhtar Donetsk, Serguiy Palkine.

Pour le dirigeant de ce club de football, la FIFA devrait remplacer l’Iran par la sélection de son pays « qui a prouvé qu’elle méritait de participer au mondial » car elle joue « avec son cœur », notamment lors des barrages en juin contre l’Ecosse et le Pays de Galles. L’Ukraine a été éliminée « malgré un immense élan international de sympathie ».

L’Algérie doit aller au mondial parce qu’elle est victime d’un arbitrage scandaleux

Mais si les Italiens et les Ukrainiens revendiquent la place de l’Iran en cas de disqualification pour des raisons politiques (répression en Iran et guerre en Ukraine), les Algériens sont en position aussi de revendiquer ce repêchage, mais seulement pour des raisons sportives, loin de la politique et de la géopolitique. Mais il est vrai qu’aucun Algérien ne revendique la disqualification de l’Iran.

En fait, si les Algériens sont les mieux placés pour être repêchés, c’est parce que leur élimination est le fruit d’un arbitrage scandaleux du referee gambien Bakary Gassama. Personne ne peut dire le contraire après un « revisionnage » du match « fatidique » du 29 mars contre la sélection camerounaise. Et surtout, personne ne peut dire que les Fennecs n’ont pas été les victimes d’un arbitre au mieux incompétent, au pire corrompu. C’est ce que les dirigeants de la FIFA devraient voir dans l’histoire du repêchage, et non des questions politiques que le sport a exclues de tout temps.