L’Algérie postule officiellement pour l’accueil de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-2025) dont l’organisation a été retirée à la Guinée par la Confédération africaine de football (CAF). La forte concurrence du Maroc est avérée mais d’ici là, l’Algérie aura l’expérience dans l’organisation des événements sportifs, notamment grâce au Championnat d’Afrique des nations (CHAN) qui aura lieu dans les stades algériens en janvier 2023.

En effet, suite au retrait de l’organisation de la CAN 2025 à la Guinée, l’Algérie veut se mettre en pole position pour accueillir la 35e édition de la compétition continentale. Pour mettre en avant l’atout de l’expérience, l’Algérie exhibe la réussite des Jeux méditerranéens qui ont eu lieu en juin/juillet à Oran, mais aussi la coupe arabe des U17 en août/septembre à Mostaganem et Sig.

Mieux que cela, l’Algérie s’apprête à accueillir le tournoi continental des joueurs locaux, le CHAN 2023 en janvier/février 2023. Un tournoi très attendu autant que la coupe d’Afrique des nations (CAN) de la catégorie des U17 que l’Algérie abritera au cours de l’année 2023. En fait, ce sont tous ces tournois continentaux qui feront de l’Algérie un bon partenaire de la CAF dans l’organisation de la CAN 2025.

Les stades de Tizi Ouzou, Baraki et Douera pourraient être de la partie

Mais l’Algérie a également des infrastructures sportives à faire valoir. Dans le cas où la candidature de l’Algérie sera retenue pou l’organisation de la CAN 2025, les quatre stades qui accueilleront bientôt le CHAN 2023 sont susceptibles d’être proposés par l’Algérie pour accueillir les rencontres de cette 35e édition. Il s’agit du stade Miloud Hadefi d’Oran, celui de Baraki (Alger) dont la réception est programmée pour la fin de l’année en cours, ainsi que le stade rénové de Constantine.

La CAN ayant besoin d’au moins six stades, l’Algérie pourrait proposer le stade de Tizi Ouzou dont la réception est attendue en fin d’année ou en début d’année prochaine. Elle pourrait également proposer le nouveau stade de Douera, Alger, dont les travaux s’achèveront avant le déroulement de la CAN 2025, ainsi que le temple du 5 juillet qui n’en finit pas de « subir » des travaux de rénovation.