Révélée au cours de la dernière Coupe d’Afrique des nations, la journaliste franco-algérienne de bein Sports, Vanessa Le Moigne s’est exprimée sur ses origines avec une énorme fierté.

Durant des années durant la CAN, on a pris l’habitude de voir Smail Bouabdellah présenter les émissions relatives à la compétition. Cependant, ce dernier a quitté la chaine et pour la dernière CAN, c’est Vanessa Le Moigne, journaliste de la chaine depuis 2012 qui a été mise en avant. Forcément, elle a rapidement pris une place importante.

« Je suis très fière de mes origines »

Dans un entretien à Ouest France, elle est revenue sur cette expérience qui lui a permis de se reconnecter avec ses origines : « Je suis très fière de mes origines, algériennes et bretonnes. Je l’ai dit à mes chefs, le plus beau cadeau qu’on pouvait me faire c’était de me confier cette CAN. Ça m’a fait un lien direct avec l’Algérie. Ma mère est trop fière, trop contente, ils racontent son histoire là-bas. C’est extraordinaire ».

Elle est ensuite revenue sur l’élimination de l’Algérie durant la CAN. «L’élimination de l’Algérie, à titre personnel, cela a été un séisme. Dans l’écriture et le scénario de cette CAN, cela a été un coup de théâtre. À partir de là, tout était permis », a-t-elle avoué.

Présente hier sur la chaine El Heddaf, elle a fait savoir également : «J’ai l’impression de m’accomplir à titre personnel. D’être ici, c’est un grand honneur. J’ai l’impression que l’on reconnaît que je suis algérienne. Même si je m’appelle Vanessa Le Moigne, mon cœur est en Algérie. c’est fou ce que je vis là ! Ma mère est arrivée en 1961 en France avec rien. Et là, on me reçoit sur des plateaux TV ! C’est la pure et simple réussite de ma mère. Je reviens pour elle avec la tête haute et fière de mes origines ».