Bennacer, Aouar, Adli et Touba : Les salaires des Algériens de la série A

Bennacer, Aouar, Adli et Touba : Les salaires des Algériens de la série A 1

Un rapport détaillé publié par Tutto Mercato dévoile les secrets financiers de la série A, mettant en lumière les salaires des joueurs algériens du Calcio. En effet, on constate que Ismaël Bennacer, Yacine Adli, Houssem Aouar et Ahmed Touba ont un important écart salarial.  

À la tête de cette hiérarchie salariale, le milieu de terrain Ismaël Bennacer du Milan AC perçoit un salaire annuel de 3.8 millions d’euros. En seconde position, Houssem Aouar qui joue pour l’AS Rome, perçoit un salaire annuel de 2.8 millions d’euros, avec un contrat qui court jusqu’à l’été 2028.

En troisième position, le milieu de l’AC Milan, Yacine Adli, qui empoche un salaire annuel de 800 mille euros. Le joueur de 23 ans est sous contrat avec le Milan jusqu’en juin 2026, et peut voir son contrat valoriser à la fin de la saison.

Par ailleurs, le club de Lecce attribue au défenseur algérien Ahmed Touba un salaire annuel de 200 mille euros dans le cadre d’un prêt qui prend fin l’été prochain. Le joueur de 25 ans est toujours lié au club turc de Basaksehir par un contrat s’étendant jusqu’en juin 2025.

La Série A offre les salaires les plus bas

Ces chiffres ne sont pas seulement des indicateurs des niveaux individuels des joueurs, mais ils mettent également en lumière les investissements massifs effectués par les clubs italiens pour rester compétitifs. Cependant, il est crucial de souligner que la Série A est souvent perçue comme l’un des championnats les plus économiquement mesurés en Europe.

En comparaison avec des ligues telles que la Premier League, la Liga, ou la Bundesliga, les clubs de Serie A offrent des salaires nettement moins importants. Cette réalité contribue à la fuite des meilleures stars du Calcio chaque saison, vers des championnats offrant des rémunérations plus attractives. Ce qui porte un coup dur à la compétitivité de la Serie A sur le marché des transferts et sur la capacité des clubs italiens à retenir leurs talents face à une concurrence financière plus soutenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *