Riyad Mahrez prêt à jouer à Al-Ahli ? La réponse est tombée

Riyad Mahrez prêt à jouer à Al-Ahli ? La réponse est tombée 1

Le dossier relatif au mercato de l’attaquant international algérien, Riyad Mahrez, revient au-devant de la scène, grâce à un prestigieux média britannique. En effet, The Sun, l’un des quotidiens les plus vendus au Royaume-Uni, a évoqué dans un article les contacts que les dirigeants du club saoudien d’Al-Ahli avec le capitaine des Fennecs. La presse saoudienne confirme de son côté un accord entre le L’Algérien et le club saoudien. 

En effet, selon la même source, l’ailier droit de l’équipe d’Algérie et de Manchester City est favorable à un transfert vers Al-Ahli. Les dirigeants du club saoudien lui auraient proposé un salaire hebdomadaire de 410.000 livres sterling (480.000 euros), soit environ 25 millions d’euros par an. Ainsi, ils auraient officiellement pris contact avec Mahrez dès le lendemain de la finale de la Ligue des champions, remportée par les Skyblues face à l’Inter Milan.

En fait, même si l’intérêt date de plus longtemps auparavant, le contact réel n’a eu lieu qu’après le 10 juin, jour de la finale de la Champions League. Selon le même média britannique, Riyad Mahrez n’avait pas accepté. Mais, à l’occasion du second contact qu’il y a eu plus tard, l’attaquant des Fennecs a donné son accord aux dirigeants du club saoudien. Le joueur avait d’ailleurs donné son accord de principe juste après les matches de la sélection algérienne, comme rapporté en exclusivité par Foot Algérie 

Il importe de rappeler que Riyad Mahrez a passé sa pire saison depuis son arrivée à Manchester City en 2018. Souvent sur le banc de touche, l’international algérien a tout de même réussi à inscrire 15 buts et à offrir 13 passes décisives. C’est probablement cette marginalisation qui le pousse à vouloir changer d’air et accepter la proposition des Saoudiens d’Al-Ahli. Reste à savoir si Pep Guardiola et la direction de Manchester City accepteront de le laisser partir alors que l’on parle déjà du départ de Bernardo Silva.