Djamel Belmadi et son salaire font beaucoup parler en Algérie, notamment depuis l’élimination de la Coupe du Monde 2022 au Qatar. En annonçant la prolongation de son contrat aujourd’hui, la Fédération a également évoqué ce sujet épineux qui alimente les débats.  

Ce vendredi 6 janvier, le président de la Fédération algérienne a officialisé la prolongation de Djamel Belmadi avec la sélection nationale. Le champion d’Afrique 2019 a donc  bel et bien prolongé son contrat jusqu’à 2026 soit jusqu’au mondial aux USA, le Canda et le Mexique .“Le contrat de Belmadi a été prolongé jusqu’en 2026 avec des objectifs définis pour les CAN-2023 et 2025”, a assuré Djahid Zefizef à la Radio Chaîne III.

La FAF évoque le salaire de Belmadi

Lors de son intervention, le président de la FAF a évoqué le salaire de Belmadi qui a fait coulé beaucoup d’encre ces derniers temps. Zefizef estime que Belmadi mérite amplement son salaire par rapport au travail qu’il effectue. « Son salaire ? Il n’est ni sous payé, ni trop payé. Il a le salaire qu’il mérite. », a affirmé la FAF sans pour autant donner plus de détails.

Le Salaire de Belmadi fait toujours polémique

Le salaire de Djamel Belmadi avec la sélection algérienne provoque une véritable polémique en Algérie. À la tête des Verts depuis 2018, le coach algérien est parmi les sélectionneur les mieux payés en Afrique. Ces derniers temps, c’est le journaliste algérien de beIN sports, Hafid Derradji qui alimente les débats sur le salaire du sélectionneur. Belmadi mérite-t-il de toucher un aussi gros salaire après les deux échecs retentissants à la CAN et aux éliminatoires de la Coupe du Monde ? Lors du stage des Fennecs en septembre dernier, le sélectionneur national a eu un accrochage avec un journaliste au cours d’une conférence de presse sur son salaire. Pour dire que cette question est devenue « sensible » au point où la Fédération émet de donner tout détail.

Combien touche Belmadi ?

Selon les médias algériens, Djamel Belmadi aurait consenti une baisse significative de son salaire en signant son nouveau contrat avec la FAF. Son revenu mensuel passerait de 200 000 euros à 130 000 euros par mois. Même avec la baisse de 70 000 euros par mois, Djamel Belmadi reste le sélectionneur le mieux payé en Afrique.