La Fédération royale marocaine de football (FRMF) a rendu public un communiqué dans lequel elle proteste contre l’arbitrage lors du match de demi-finale de la coupe du monde 2022 qui a opposé la sélection marocaine à celle de la France. Le Maroc emboîte donc le pas à l’Algérie qui a dénoncé l’arbitrage de Bakary Gassama lors du match barrage entre l’Algérie et le Cameroun et celui de nombreux referees africains.

En effet, dans son communiqué, l’instance présidée par Fouzi Lekjaa a envoyé une correspondance à la structure en charge de l’arbitrage pour protester contre deux penaltys non sifflés au profit des protégés du sélectionneur Walid Regragui. Des penaltys que l’arbitre de la rencontre aurait du siffler au profit de Sofiane Boufal et Selim Amellah, et ce, en première période du match de 1/2 finale contre les Bleus.

Le Maroc proteste

La Fédération marocaine considère que les deux penaltys étaient flagrants, citant des experts, et dit ne pas comprendre pourquoi la VAR n’a pas été convoquée à cette occasion. Elle demande à la Fédération internationale de football (FIFA) de prendre les mesures nécessaires en ce qui concerne l’injustice arbitrale que la sélection marocaine a subie durant son match contre les protégés de Didier Deschamps.

Comme l’Algérie…

Pour rappel, l’Algérie aussi a envoyé un rapport à l’Instance footballistique mondiale pour protester contre l’arbitrage du referee gambien Bakary Gassama, lors du match retour des barrages du mondial 2022 entre l’Algérie et le Cameroun. Le match qui a eu lieu le 29 mars 2022 à Blida s’est terminé sur la victoire du Cameroun, 2 buts à 0 et l’élimination de l’équipe d’Algérie de la coupe du monde dont la finale est prévue, dimanche 18 décembre. Il faut dire que le rapport de la FAF n’a rien donné de palpable alors que des millions d’Algériens espéraient que le match soit rejoué.