La 22e édition de la coupe du monde qui se tient au Qatar depuis le 20 novembre se poursuit avec la révélation des équipes qualifiées au second tour de ce tournoi planétaire. Sur le plan continental, il y a trois sélections seulement fixées sur leur sort, le Sénégal, le Maroc qualifiés haut la main et la Tunisie, tombée « les armes à la main ».

Aujourd’hui, l’on sera fixé sur le sort deux trois autres représentants africains à cette coupe du monde, en l’occurrence, le Ghana et le Cameroun. Le vent est plutôt favorable aux Black Stars, les Lions indomptables étant un peu mal en point dans leur groupe G.

Globalement, les sélections africaines ont montré un beau visage même quand elles s’inclinent devant leurs adversaires. D’où les regrets qui ressurgissent quant à l’absence de l’équipe d’Algérie qui, de l’avis de tous, aurait pu surprendre cette édition de coupe du monde, surtout que tout le monde a constaté que le niveau des sélections mondiales a clairement baissé, comparativement aux précédentes éditions.

L’Algérie aurait pu faire mal

Et l’Algérie a réellement les moyens de marquer l’histoire de la Coupe du monde, d’autant plus que certaines sélections du continent ont présenté des performances honorables qui montrent que le niveau du football africain a beaucoup évolué. Et quand on conjugue la baisse du niveau mondial et la hausse du niveau africain, l’on peut déduire sans risque de se tromper que les Fennecs auraient faire de grandes choses à l’occasion de cette compétition mondiale.

Et ce n’est pas la double performance de l’Algérie contre le Cameroun qui va dire le contraire. Il est vrai qu’Ismaël Bennacer et ses coéquipiers ont fourni deux belles rencontres, fin mars, avec de grands engagements et de grands efforts techniques, si ce n’est le cafouillage qui a caractérisé les dernières secondes du match et l’arbitrage scandaleux de Bakary Gassama.