Algérie-Angola : La CAF déclare la guerre à Djamel Belmadi

Algérie-Angola : La CAF déclare la guerre à Djamel Belmadi 1
Belmadi

Quelques heures seulement avant le match Algérie-Angola, la CAF vient d’interdire à Belmadi de visiter le stade de Bouaké qui abritera le premier match des Fennecs à la Coupe d’Afrique 2023. 

C’est la guerre entre le président de la Confédération africaine de football (CAF), le Sud-Africain Patrice Motsepe, et le sélectionneur national Djamel Belmadi, alors que la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2024) vient juste de commencer en Côte d’Ivoire. C’est une guerre née autour du Stade de la Paix de Bouaké où doivent se jouer les matchs du groupe D qui compte l’Algérie, le Burkina Faso, la Mauritanie et l’Angola.

En effet, l’Instance présidée par Patrice Motsepe vient d’avertir le sélectionneur algérien quant aux inspections qu’il effectue à l’intérieur du Stade de la Paix. Dorénavant, toute inspection de Djamel Belmadi doit être précédée par l’obtention d’une autorisation de la CAF. En d’autres termes, il est interdit à Djamel Belmadi d’accéder au Stade de la Paix sans obtenir, au préalable, une autorisation de l’Instance africaine.

Belmadi voulait visiter le stade avant Algérie-Angola

C’est le journal londonien, Al Araby Al Jadeed qui a donné l’information. Ces envoyés spéciaux sur place affirment que le sélectionneur national Djamel Belmadi profite de la proximité de l’hôtel où sont hébergés les Fennecs avec le Stade de la Paix (15 mètres environ et une seule rue à traverser) pour y effectuer des inspections. Comme s’il s’attendait à une volonté de saboter l’entrée en lice de l’équipe d’Algérie, lundi 15 janvier, face à la sélection de l’Angola.

Il faut dire que le traumatisme de l’amère élimination précoce à la précédente Coupe d’Afrique au Cameroun a pris du temps pour s’estomper, et Djamel Belmadi ne semble pas avoir oublié le terrain impraticable de Japoma, près de Douala, qui a vu ses protégés jouer le premier tour de la CAN 2022 face respectivement à la Sierra Leone, la Guinée équatoriale et la Côte d’Ivoire. Le sélectionneur national semble vouloir éviter des surprises qui viendraient gâcher la fête africaine.

1 Comment

  1. Tu attends quoi d’un esclave poussé par un cocu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *