Djamel Belmadi, les autorités prennent position

La victoire remportée sur un score d’un but à zéro par la sélection nationale de football face au champion d’Afrique, le Sénégal à Dakar, mardi 12 septembre, n’éclipse pas la polémique ayant entouré le stage des Verts, notamment en ce qui concerne l’état de la pelouse du Centre Technique national (CTN) de Sidi Moussa. Loin s’en faut.

Pour le dernier stage des Verts de ce mois de septembre (du 04 au 12), tout a été prévu pour qu’il se déroule, comme d’habitudes au CTN de Sidi Moussa. Sauf que le sélectionneur national, ayant constaté le piteux état dans laquelle se trouvait la pelouse dudit centre, se décide de plier bagages pour la ville de Tabarka en Tunisie voisine pour élire finalement domicile à Constantine et ce après l’intervention du ministère algérien de la Jeunesse et des Sports.

Le stage en question est certes terminé, avec un match nul face à la Tanzanie et une victoire face au Sénégal, mais pas toute la polémique l’ayant entourée. Ce mercredi, c’est le ministre de la Jeunesse et des Sports Abderrahmane Hammad qui s’exprime au sujet.« La sélection nationale s’est bien préparée à Constantine et il est inconcevable de dire ainsi qu’il n’existait pas de lieux de rassemblements », a-t-il déclaré en marge de sa visite d’inspection l’ayant menée aux infrastructures sportive de la capitale dont le CTN de Sidi Moussa.

« Tous les experts s’accordaient à dire que les pelouses des stades de Barraki Nelson Mandela et celui du 05 juillet nécessitaient travaux de réhabilitation vu qu’elles avaient abrité tout récemment les Jeux arabes, mais pourquoi on ne parle du stade d’Oran Miloud Hadeffi et celui Hamlaoui de Constantine », s’est interrogé le ministre.« Chacun assume ses responsabilités, certes. Mais l’état des pelouses des stades en Algérie ne sont pas un piteux état comme certains peuvent l’imaginer », a enchaîné le ministre.

Etat des pelouses : Le MJS répond à Belmadi

Notant qu’il ne fallait pas se « focaliser » sur un stade bien précis, Abderrahmane Hammad répond ainsi, même s’il ne le cite pas nommément au sélectionneur national Djamel Belmadi. Ce dernier, avait fustigé sans retenue aucune l’état des pelouses de bon nombre de stade algériens, qui selon lui, ne permettaient pas une « bonne préparation » des Fennecs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut