Une nouvelle vive polémique avant Algérie-Tanzanie

Une nouvelle vive polémique avant Algérie-Tanzanie 1

Une nouvelle polémique vient déchaîner les réactions sur réseaux sociaux à quelques heures du match entre l’Algérie et la Tanzanie. La pelouse du stade d’Annaba pose en effet un problème. 

Des millions de dollars son déboursés en Algérie pour la réalisation des infrastructures sportives pratiquement dans chaque ville. Le nombre est consistant notamment avec les derniers stades, soit inaugurés, soit dans l’attente d’inauguration. Mais à chaque grand rendez-vous sportif, la question de l’entretien des pelouses particulièrement pose problème.

Un gros problème, comme ce fut le cas pour celle du CTN de Sidi Moussa, contraignant le sélectionneur  national Djamel Belmadi à plier bagages pour la Tunisie initialement puis Constantine pour le stage des Fennecs de ce mois de septembre.

L’Equipe d’Algérie affronte ce soir, la Tanzanie en prévision de cette sixième journée des éliminatoires de la CAN 2023 du Groupe (F). Cette rencontre est abritée par le stade 19 Mai 1956 de Annaba. Elle n’est qu’une simple formalité pour les Verts, déjà qualifiés pour la phase finale de la prochaine CAN prévue début janvier 2024.

Alors que le sélectionneur national, Djamel Belmadi, croyait que tout allait se dérouler comme prévu, voila que la fâcheuse question de l’état de la pelouse du stade 19 Mai refait surface.

Détérioration de la pelouse du stade de Annaba 

Sur des une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux, l’on peut effectivement se rendre compte que ladite pelouse a été « réparée à la va-vite », laissant apparaître des imperfections. Ladite pelouse avait été peinte sur les bords et à certains endroits comme pour masquer la sécheresse palpable dont souffre l’herbe. D’ailleurs selon le site Dzfoot, Djamel Belmadi, mécontent, a dû tenir la séance d’entraînements de mercredi soir (la veille du match) sur le terrain annexe afin de ne pas abimer encore plus le terrain.

Les avis divergent….

Quoi qu’il soit, cette situation déplorable a, sans surprise donné lieu à des réactions sur les réseaux sociaux. Entre ceux qui approuvent et ceux qui dénoncent, ce qu’ils considèrent « une manipulation » et surtout une envie de porter atteinte à l’image de Annaba et de son stade qui avait déjà abrité des rencontres de la phase finale de la CAN en Algérie en 1990, divergent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *