Riyad Mahrez : 3 clubs européens veulent tenter leur chance pour l’Algérien

Riyad Mahrez : 3 clubs européens veulent tenter leur chance pour l'Algérien 1
Riyad Mahrez - Neymar JR

Les Saoudiens d’Al-Ahli ne seraient pas les seuls dans la course pour enrôler  l’ailier de Manchester City, Riyad Mahrez. En effet, ce dernier serait également dans le viseur du Milan AC, du Paris Saint-Germain et du Bayern Munich.

Le feuilleton du départ, ou non, de Riyad Mahrez des rangs des Skyblues n’est en aucun cas à son dernier épisode. En effet, les Saoudiens d’Al-Ahly ont fait de son enrôlement une de leurs priorités. D’ailleurs, ils sont allés jusqu’à mettre sur la table 100 millions d’euros pour s’attacher ses services. Mais, ils ne sont pas les seuls à le convoiter. Trois autres clubs, et pas des moindres, affichent aux aussi leur intention de recruter le N° 26 des Citizens.

En effet, selon les informations du journaliste, Sam Lee, très au fait des coulisses de Manchester City, le Milan AC veut, lui aussi, enrôler le capitaine des Verts. D’ailleurs, les Italiens ne sont pas à leur première tentative. Ils avaient tout essayé affin de faire venir Mahrez l’année dernière avant qu’il ne se décide finalement de prolonger avec Man City.

Riyad Mahrez : Le PSG et le Bayern intéressés 

Aux dernières nouvelles, le PSG s’est aussi aligné sur les clubs qui veulent enrôler l’international algérien de 32 ans. Le club de Nasser Al-Khelaïfi guette le marché des transferts dans le but de remplacer certains de ses cadres. Riyad Mahrez se trouve également, comme nous l’annoncions, déjà, dans le viseur du géant allemand, le Bayern Munich.L’entraîneur du Bayern Munich, Thomas Tuchel, aurait même demandé aux responsables du club bavarois de faire le possible pour recruter Riyad Mahrez cet été.

Le quintuple champion d’Angleterre avec Leicester City (une fois) et Manchester City (quatre fois) relance ainsi les « enchères », même s’il n’est pas maître de son avenir sportif, lui qui déjà donné son accord de principe pour rejoindre Al Ahli.  En effet, la direction des Citizens a fait savoir en interne qu’il n’était pas question de libérer l’ailier droit sans un forte indemnité de transfert.