Himad Abdelli, l’autre binational « prêt à tout » pour l’Algérie

La liste des joueurs convoqués pour le stage de juin n’est toujours pas communiquée par le sélectionneur national, Djamel Belmadi, mais Himad Abdelli, lui, y tient énormément. 

Les rangs des Fennecs pourraient être renforcés par la venue d’autres binationaux en prévision du stage du mois de juin prochain. Pour rappel, ce rassemblement sera suivi de la rencontre face à l’Ouganda au Japoma Stadium au Cameroun, le 18 juin à partir de 16:00 (heure algérienne).

Le milieu de terrain d’Angers SCO, qui évolue en Ligue 1 française, veut bien porter le maillot des Verts et il ne cache pas cette envie. Bien au contraire, il l’affiche clairement.Himad Abdelli, 23 ans, a enchaîné les belles prestations ces derniers jours avec son club, malheureusement, condamné à la relégation. Souhaitant rejoindre les Guerriers du désert, il ne cesse de lancer des messages, même si pas trop directs, au sélectionneur national Djamel Belmadi.

Abdelli est prêt à tout

En effet, pour figurer éventuellement dans la prochaine liste des Fennecs, Himad Abdelli, affirme « être prêt à tout faire pour y parvenir ». « Déjà être appelé une fois. Ensuite, à moi de montrer au coach de quoi je suis capable et y rester. Lors de la première partie de la saison, je savais que je n’allais pas être appelé, parce que je ne jouais pas beaucoup avec le coach Baticle. Je fais tout pour être appelé en juin, parce que je joue régulièrement et je fais quelques bons matchs parfois », a déclaré le binational dans un entretien accordé au magazine Onze Mondial.

Himad Abdelli : « J’ai toujours pensé à l’Algérie »

Le milieu d’Angers SCO, assure, un peu plus loin, avoir toujours « pensé à l’Algérie ». « Mon père est Algérien, ma mère Martiniquaise, mais je me sens un peu plus Algérien. J’ai toujours penché du côté de l’Algérie », a-t-il soutenu. Dans la foulée, il ne cache pas son amour pour l’Algérie, qu’il dit « aimer plus que la Martinique ».

« C’est comme ça, ça ne s’explique pas. Je suis déjà allé en Algérie une fois, mais j’étais petit. Je ne m’en souviens pas vraiment. Je suis souvent avec Nabil Bentaleb, mon père, mon grand-père, on parle beaucoup de l’Algérie. Avec Nabil, on parle de la sélection. Avec mes parents, on parle aussi du foot africain », a-t-il enchéri.

Reste juste à savoir si l’absence (forcée) de trois cadres de l’équipe nationale, à savoir Ismaël Bennacer, Youcef Belaili et le capitaine des Verts, Riyad Mahrez, pourrait influencer sur le choix de Djamel Belamdi, et ainsi faire appel à d’autres binationaux, dont Himad Abdelli.

Retour en haut