Le nouveau stade 50.000 places de Tizi Ouzou n’est pas encore achevé à 100 % et le nom que la nouvelle infrastructure devrait porter alimente déjà, et depuis des mois, les débats et autres polémiques, particulièrement sur les réseaux sociaux où les échanges sont à la limite de la correction. Les autorités semblent avoir déjà choisi un nom.

En effet, les autorités algériennes semblent avoir opté pour un nom à donner à la nouvelle enceinte sportive de Tizi Ouzou, en Kabylie. Et devant la polémique qui s’est déclenchée autour de cette question, les dirigeants devraient opter pour un nom qui fait le consensus, non seulement en Kabylie mais aussi sur tout le territoire national.

Stade Hocine Aït Ahmed

C’est ainsi que selon des sources proches des autorités, le nouveau stade de Tizi Ouzou devrait porter le nom de l’un des Pères de la Révolution, Hocine Aït Ahmed, également symbole de la lutte pour les libertés et la démocratie en Algérie, et ce, depuis qu’il a créé le Front des forces socialistes (FFS) en septembre 1963. Dans l’esprit des décideurs, même s’il y aura des personnes qui vont contester ce nom, elles ne seront pas nombreuses et elles seront incapables de mobiliser contre le nom du défunt leader politique.

En fait, à suivre les échanges depuis des mois, il y a trois noms qui émergent en plus de celui de Hocine Aït Ahmed. Il y a l’inévitable Matoub Lounes, chantre de l’amazighité mais aussi grand supporter de la JSK qui évoluera au niveau de ce nouveau stade. D’autres défendent l’idée de lui donner le nom de l’ex-président de la JSK, Abdelkader Khalef alors que d’autres encore préfèrent voir la nouvelle infrastructure porter le nom de l’ancien joueur et président du club kabyle, Mohand Cherif Hannachi.