Les autorités algériennes semblent avoir tranché sur le nom que portera le nouveau stade de Baraki, à Alger, qui abritera le match d’ouverture du championnat d’Afrique des nations (CHAN 2023) qui aura lieu en Algérie du 13 janvier au 4 février 2023. Et contrairement à ce qui a été colporté ici et là, cette nouvelle enceinte ne sera pas baptisée au nom d’une personnalité algérienne.

En effet, selon le quotidien arabophone El Khabar, les dirigeants algériens auraient opté pour le nom du leader de la lutte contre le racisme et l’apartheid en Afrique du Sud, Nelson Mandela, décédé le 5 décembre 2013 avec le statut d’ancien président de la nation Arc-en-ciel. Selon la même source, l’Algérie entend rendre hommage à Madiba qui n’a jamais caché son amitié pour l’Algérie et qui a surtout toujours été un symbole du vivre-ensemble dans son pays, en Afrique et même dans le monde.

Stade Nelson Mandela

El Khabar, citant des sources bien informées, a précisé que le ministère de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville a reçu des instructions pour préparer des panneaux avec le nom du leader sud-africain inscrit dessus, en perspective de l’inauguration du stade de Baraki, prévue vraisemblablement durant ce mois de décembre. Et c’est le Chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, qui présidera la cérémonie de l’inauguration, dit-on.

En donnant le nom de Nelson Mandela au nouveau stade de Baraki, l’Algérie veut rendre hommage au militant anti-apartheid, au militant pour les libertés qui n’a pas hésité à visiter les camps d’entraînement de l’ALN, entre 1961 et 1962, au Maroc. Et surtout qui n’a pas hésité à réserver sa première visite à l’Algérie après sa sortie de prison en février 1990, après plus de 27 ans d’emprisonnement pénible.

Il faut dire que les informations qui ont circulé depuis longtemps sur le nom que porterait le stade de Baraki n’ont, à aucun moment, inclus le nom du symbole de la lutte contre le racisme et l’apartheid, Nelson Mandela. A un certain moment, il était question de lui donner le nom de « Stade de l’équipe du Front de libération nationale » ou de « Stade Hacene Lalmas ».