Lors de la dernière conférence de presse de sélectionneur des Verts, Djamel Belmadi, la veille de ce stage de préparation qui se déroule dans la ville d’Oran en prévision des deux matchs amicaux face à la Guinée le 23 septembre et contre le Nigéria le 27 du même mois, un incident s’est produit où le coach des Verts s’est accroché verbalement avec un journaliste algérien qui lui a posé une question sur son salaire. 

Le salaire de Djamel Belmadi fait une rage polémique sur les réseaux sociaux depuis la dernière conférence de presse animée dimanche passée. Un journaliste avait en effet osé  poser une question à Belmadi sur son salaire qui a été dévoilé par l’ancien président de la Fédération algérienne de football (FAF), Charaf-Eddine Amara avant de quitter la présidence. La question a provoqué un petit accrochage verbal entre les deux hommes en pleine conférence de presse.

Le journaliste qui a posé la question à Djamel Belmadi, en l’occurrence Rachid Abbad, qui travaille pour le quotidien sportif El-Botola, s’est expliqué sur cet incident dans une déclaration accordée à une chaîne privée.  « Quand je lui avais posé la question sur Adam Zorgane, il m’avait répondu d’une manière inacceptable et aujourd’hui c’est la même chose. Je pense que Djamel Belmadi a un problème avec l’émission « Bel Mekchouf » (, diffusée sur El-Heddaf-TV, Ndlr), puisqu’à chaque fois que quelqu’un de l’émission se présente à sa conférence de presse, il se comporte de cette façon », a-t-il assuré.

Le journaliste persiste

« Moi, je lui ai posé la question sur son salaire avec l’équipe nationale et j’étais clair et précis avec lui en lui faisant savoir que l’ancien président de la FAF avait divulgué son salaire et si cela ne le gène pas. C’était une simple question. Je suis respectueux envers les gens. J’ai travaillé avec une centaine de sélectionneurs de l’équipe nationale. Je suis dans la presse sportive depuis 1993 et bientôt 30 ans et ce n’est pas aujourd’hui que je vais faire des problèmes. Dans sa tête le plateau Bel Mekchouf est contre lui et il est libre de penser ce qu’il veut. Je respecte son avis, mais doit aussi respecter le notre. Je lui souhaite que de la réussite avec l’équipe nationale », a ajouté Rachid Abbad qui s’est accroché avec le sélectionneur national.