Quand Baderdine Bouanani fait le choix entre gagner une CAN ou une Ligue des champions

Quand Baderdine Bouanani fait le choix entre gagner une CAN ou une Ligue des champions 1

La Ligue des Champions européenne est la plus prestigieuse compétition des clubs sur le vieux continent. La remporter est assurément le « rêve » le plus cher pour bon nombre de joueurs évoluant en Europe. Mais ce n’est pas le cas pour le néo-international algérien de 18 ans, Badredine Bouanani. Pour lui, entre la Ligue des Champions européenne et une Coupe d’Afrique des nations (CAN), le choix est très facile.

On ne peut évoquer l’Équipe nationale d’Algérie de football sans évoquer les binationaux dont l’apport à cette même équipe est souvent déterminant. Ils sont d’ailleurs rares à préférer la France à l’Algérie. Badredine Bouanani, qui avait porté le maillot des Bleuets en U16, U18 et U19, a finalement décidé (comme beaucoup d’autres binationaux) de représenter son pays d’origine, l’Algérie, avec laquelle il pourra disputer la prochaine CAN prévue pour le début de l’année 2024 en Côte d’Ivoire, étant qualifiée à la phase finale.

Pour Badredine Bouanani, remporter ce trophée est comme un « rêve ».  Il le préfère même à un titre de la Ligue des champions européenne.  « La CAN direct, aucune réflexion ! », répond, en effet, et sans hésitation aucune, le prodige algérien à une question qui lui a été posée dans un live Twitch sur son choix entre gagner une ligue des champions et une CAN. Le jeune joueur était accompagné du gardien de but Alexandre Oukidja, désormais ex-international algérien.

Une pépite du nom de Badredine Bouanani

À 18 ans seulement, Baderdine Bouanani peu connu jusque-là du public sportif algérien, se révèle avec son club, l’OGC Nice, en Ligue 1 Uber Eats. Le néo-international algérien est le plus jeune passeur des cinq grands championnats européens en devançant notamment la pépite du FC Barcelone Gavi. Des performances saluées, non seulement par ses coéquipiers, mais également par son entraîneur. Tous s’accordent ainsi à mettre en exergue le talent de l’attaquant algérien.

En le convoquant au stage de mars dernier, le sélectionneur national, Djamel Belmadi, avait vu juste. Les observateurs s’accordent d’ailleurs à dire que la prestation de Bouanani a été excellente lors du premier match livré contre le Niger. En effet, on garde en mémoire sa merveilleuse passe décisive qu’il délivra en fin de match qui a permis à Riyad Mahrez de marquer le but de la victoire. Les Algériens avaient découvert, à l’occasion, un jeune prodige dont on ne parlait que rarement jusque-là.