La Fédération algérienne de football (FAF) est à la recherche d’un Directeur technique national pour remplacer Toufik Korichi qui assure l’intérim depuis la fin du mois d’août. Au début du mois d’octobre, le nom de l’ex-sélectionneur national, le Français Christian Gourcuff, est annoncé comme le favori de l’Instance footballistique nationale.

Mais voilà que certains médias algériens avancent une condition qui pourrait fermer la porte à Christian Gourcuff, considéré comme un grand formateur des entraîneurs. Il s’agit ni plus ni moins de l’obligation faite au futur Directeur technique nationale de maîtriser la langue arabe. Une condition qui risque de bloquer des compétences pour une condition des plus risibles.

Mais au delà du ridicule que dégage une telle démarche si elle se confirme, est-il logique d’exiger d’un DTN de maîtriser la langue arabe quand notre sélectionneur national, Djamel Belmadi en l’occurrence, ne la maîtrise pas bien ? Cela en plus du fait que beaucoup de nos joueurs des équipes nationales toutes catégories sont recrutés parmi les binationaux qui ne maîtrisent aucun mot en arabe.

Le 12 novembre, dernier délai pour le dépôt des candidatures

Il va sans dire que cela est suffisant pour que cette condition ne soit pas réellement posée par la FAF mais reste seulement un fantasme chez certains intervenants dans le secteur sportif national, plus attirés par l’idéologie que par le sport. Des intervenants qu’il faudra impérativement éloigner des centres de décision, notamment au niveau de la FAF ou du ministère de la jeunesse et des sports.

Pour rappel, des informations ont fait état, début octobre, de la volonté du président de la FAF, Djahid Zfizef, de recruter Christian Gourcuff comme Directeur technique national. Beaucoup ont salué cette idée même si la décision n’est pas tranchée du côté de Dely Brahim. Il faut savoir que la FAF a lancé un appel à candidatures à ce poste et a fixé comme dernier délai pour déposer les dossiers au 12 novembre. L’étude des dossiers se fera entre le 13 et le 15 novembre, alors que des auditions orales devraient avoir lieu entre le 15 et le 18 du même mois. C’est après cette date que l’Instance fédérale annoncera le nom du candidat retenu.