Un international africain vient d’être lourdement sanctionné par la FIFA, après avoir été reconnu coupable de dopage dans un match des éliminatoires à la Coupe d’Afrique des Nations qui a opposé son équipe à la sélection algérienne.  

Il s’agit de l’international Djiboutien, Sabri Ali Mohamed. Âgé de 21 ans, le milieu de terrain du FC Dikhil a fait un sacré coup d’arrêt à sa carrière de footballeur à cause du dopage lors du match des éliminatoires à la Coupe du monde 2022 qui a opposé le Djibouti à l’Algérie, en novembre 2021 et qui a connu la victoire des Verts sur un score de (0-4), rapportent les médias locaux.

Positif à la fin du match

À a fin de la rencontre Djibouti – Algérie, Sabri Ali Mohamed a été testé positif à la testostérone exogène, une substance interdite qui constitue une infraction à l’article 6 du règlement antidopage de la FIFA et à l’article 17 du Code disciplinaire de la FIFA. La commission discipline de l’instance mondiale lui a infligé une lourde sanction de 4 ans d’arrêt et le verdict a été rendu public, lundi le 15 août.

La FIFA précise que la suspension de l’international djiboutien, Sabri Ali Mohamed va courir jusqu’au 2026 pour avoir été reconnu coupable de dopage dans un match officiel.  « Conformément à l’article 30 du Règlement antidopage de la FIFA, ces suspensions s’appliquent notamment à tous les matches nationaux et internationaux, amicaux ou officiels », en ajoutant : la suspension du joueur djiboutien Sabri Ali Mohamed va courir jusqu’au 11 juillet 2026″, a précisé la FIFA sur son site officiel.

En plus de Sabri Ali Mohamed, un joueur de Salvador a connu également le même sort. Contrôlé positif au Clostebol à l’issue d’un match disputé le 8 septembre 2021, Erick Alejandro Rivera a écopé de 4 ans de suspension.