En visite de travail à Alger pour suivre l’avancée des préparatifs aux CHAN-2023 qui se tiendront en Algérie, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est exprimé sur l’actualité du football africain, notamment l’arbitrage.  

Le président de la CAF, Patrice Motsepe, n’a pas pu éviter le sujet de Bakary Gassama et ses décisions qui ont précipité l’élimination des Verts face aux Lions Indomptables, en barrage de la Coupe du monde-2022. Le Gambien Bakary Gassama n’est pas le seul accusé, puisque la sélection nationale et les clubs engagés dans les compétions africaines se plaignent de l’arbitrage.

La présence de patron de la CAF, Patrice Motsepe en Algérie, était donc l’occasion propice pour l’Algérie de crier son désarroi. La FAF a officiellement saisi le président de la CAF pour revoir l’arbitrage, et ce dernier promet d’y remédier.

Nous allons régler le problème

Le sud-africain, Patrice Motsepe reconnait les erreurs commises par l’arbitre gambien, Bakary Gassama contre les coéquipiers de Riyad Mahrez, lors du match barrage de la Coupe du monde et promet de faire ne nécessaire afin de régler définitivement le problème d’arbitrage en Afrique. « Nous allons régler d’une manière définitive le problème de l’arbitrage à la CAF », a-t-il dit. Une promesse très osée lorsqu’on se rappelle tous les scandales qui éclaboussent le football africain.

La CAF fera appel à la FIFA

 » J’ai entendu beaucoup de choses négatives sur les arbitres, et l’arbitrage est une question qui va être revue incessamment, l’indépendance, la crédibilité et l’intégrité de chaque arbitre et de chaque commissaire sera à l’ordre du jour. Une nation devrait gagner parce que c’est la meilleure, et une nation ne doit pas gagner par faute d’arbitrage, il y a des commission et des arbitres très bons en Afrique, et on travaillera avec la FIFA pour être sûr que nos arbitres soient les meilleurs au monde », a-t-il affirmé.

« On s’est entendus avec la FIFA pour les former, ces commissions et ces arbitres doivent montrer leur intégrité, c’est important pour le football africain et ses supporters, de voir nos arbitres comme des personnes justes et équitables et indépendantes », a-t-il conclu.