Bien que la FIFA n’a pas encore rendu son verdict concernant le recours de la FAF par rapport au match face au Cameroun, les dirigeants de l’instance de Dély Brahim ont déjà un plan B qu’ils comptent activer si jamais le verdict n’était pas positif. 

Chaque jour apporte son lot de nouvelles informations sur le désormais célèbre match Algérie – Cameroun. Il faut dire que depuis le 29 mars, on ne fait que de parler de cette rencontre en Algérie et au Cameroun et désormais dans les médias africains, arabes et européens.  Pour l’heure, aucune nouvelle, pas même une toute petite illusion sur la nature du verdict qui sera rendu par rapport à ce recours.

La Fédération algérienne de football s’est  pour rappel appuyée dans son dossier déposé auprès de l’instance mondiale sur la nécessité de revenir aux enregistrements vocaux qui ont eu lieu entre le directeur de jeu Gassama et les arbitres de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR).

Le plan B de la FAF

Cependant, d’après le chargé de communication de la FAF, Salah Bey Abboud, les dirigeants de la FAF ont d’ores et déjà un Plan B dans le cas où le verdict ne serait pas dans le sens de l’Algérie. D’ailleurs, il serait question de porter le dossier au niveau du tribunal arbitral du sport (TAS). « Dans le cas où le verdict attendu ne sera pas favorable à l’équipe nationale, la FAF est disposée à saisir le Tribunal arbitral du Sport (TAS) de Lausanne », a indiqué à l’APS un membre du Bureau fédéral de la FAF.

La FAF refuse ainsi d’abdiquer et compte épuiser toutes les voies légales pour obtenir réparation et recouvrir ses droits le plus tôt possible. D’ailleurs, tout le monde attend le verdict, chose qui devrait encore prendre quelques temps avant que la FIFA ne rende un verdict final dans cette affaire.