Le pays hôte de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2022), le Cameroun est au cœur de plusieurs polémiques depuis l’entame de la compétition, notamment sur le plan organisationnel, le protocole COVID-19 qui a été changé la veille du match: Cameroun – Comores, le manque de moyens d’hébergement et aussi l’état catastrophique de la pelouse du stade Japoma, qui a abrité les trois matches de l’Algérie face à la Sierra Leone, la Guinée Equatoriale et  la Cote d’Ivoire dans le Groupe E.  
Le président de la FECAFOOT (la Fédération camerounaise de football), Samuel Eto’o est monté au créneau pour répondre aux critiques et a défendu en faveur du stade de Japoma critiqué par plusieurs spécialistes et observateurs, notamment le sélectionneur algérien, Djamel Belmadi et ses joueurs après leur élimination. « Le stade de Japoma est une très belle arène répondant aux standards internationaux», a plaidé Samuel Eto’o en faveur du stade de Japoma.

Pour l’ancien attaquant du FC Barcelone, les vrais footballeurs ne doivent pas se plaindre de l’état de la pelouse. « Le problème de la pelouse ne se pose pas, la question ne se pose pas pour les footballeurs de bonne foi qui ne se plaignent pas», a-t-il ajouté. Il ne s’est pas contenté de plaider en faveur de ce stade, mais il invite tous les africains d’être fiers de ce stade aux normes internationales, selon lui. « Tous les Africains doivent être fiers de ce bel édifice qui côtoie les plus beaux stades du monde », a ajouté Samuel Eto’o.

« Je souhaite que mon pays soit respecté »

Accusé d’avoir triché les résultats des PCR de plusieurs joueurs de différentes sélections durant cette Coupe d’Afrique dont les trois gardiens de Comores pour faciliter la victoire des Lions du Cameroun, Samuel Eto’o répond: « Je voudrais rappeler à tous vos confrères qui se lancent dans des explications impossibles, que l’agence choisie pour faire les tests n’est pas sous le contrôle du Cameroun, c’est à 100% sous le contrôle de la CAF. Je pense que les règles du jeu étaient connues par tous avant le début de la compétition. Je souhaite vraiment, humblement, que mon pays soit respecté », a-t-il assuré.

« La Tunisie a eu sept joueurs testés positifs face au Nigeria. Je ne pense pas que la Tunisie jouait face au Cameroun. Le Maroc, lors de sa première rencontre, a été pénalisé, mais ne jouait pas face au Cameroun. Ce n’est pas fair-play d’insinuer des choses, d’accuser le gouvernement camerounais, de m’accuser. J’ai essayé d’être un grand champion, mais je l’ai été parce que j’ai mérité toutes mes victoires. Je n’ai jamais accepté la tricherie et je ne l’accepterai jamais. J’espère que c’est clair pour tout le monde et que les faux débats qu’on veut mettre sur le dos de l’état et la fédération camerounaise cesseront » a ajouté la légende du football africain.